Senden hat offenbar funktioniert, aber es wird noch ein Bestätigungsmail verschickt, sobald die Änderungen angekommen sind.
Es hat etwas nicht funktioniert. Bitte den Inhalt in Word (o.Ä.) kopieren und per Mail schicken.

Brief (008-01717)

Prague, Krakauergasse 11, le 5 nov. 1880.

Cher ami,

J’ai oublié de vous dire que j’ai aussi pour vous un magnifique exemplaire de l’Elucidario[1] qui vous coûtera, très bon marché, 15 francs environ. Quant à l’Histoire de la litt. port. de Braga[2] et au Camoens de Juromenha,[3] la dépense me paraît bien en rapport avec votre bourse. Le tout, y compris l’Elucidario, atteindra à peine 100 francs si je ne me trompe.[4] Si vous êtes à sec, ce que je ne crois pas, je mets mes humbles moyens à votre disposition. Je puis vous remettre à très bas prix un exemplaire de l’Orthographia de Monte-Carmelo[5] qui renferme de bonnes remarques sur les variétés du port.

En fait de correspondance, je suis un peu paresseux. Je regrette de vous avoir pas écrit puisque vous aviez besoin de mes services à Lisbonne. Mais peut-être que maintenant encore je puis vous y être utile.

MM. Coelho ont bien reçu votre lettre & m’ont parlé souvent de vous.[6] Edoardo,[7] le journaliste, a reçu votre lettre à son retour d’un séjour à la campagne & peut-être qu’au milieu de ses nombreuses ǀ2ǀ occupations il a oublié de vous répondre. Quant au philologue, il est malheureusement souvent tourmenté et ennuyé par des occupations étrangères à ses études. Je crois qu’il souffre par fois de la maladie qu’on appelle faute d’argent. Je sais qu’une telle maladie vous met de fort mauvaise humeur. Il m’a dit, du reste lui-même que si quelqu’un lui écrivait, en lui demandant une prompte réponse, il lui arrivait rarement de pouvoir répondre. Gardez vous de lui en vouloir pour cela; il n’y a que négligence de sa part.

Les travaux de Coelho sur le celtique se rapportent avant tout aux noms locaux de la péninsule ibérique.[8] N’avez-vous pas reçu de lui le premier numéro de la Revista d’Ethnologia[9] qui vient d’être publié? Vous y auriez trouvé un travail où l’on peut voir ce qu’il a l’intention de faire. Il ne m’a jamais parlé d’une étude d’ensemble sur les étymologies celto-romanes.

Ne vous étonnez pas de n’avoir rien reçu en réponse à votre „Festgruss“.[10] Vous recevrez en échange du comité de Lisbonne quand l’ouvrage sera publié, une relation des fêtes et de tout ce qui ǀ3ǀ a paru à l’occasion du centenaire.[11] Vous ne sauriez être oublié. J’avais prié mon ami Ad. Coelho de me réunir les journaux qui publieront des articles relatifs à Camões. Il ne l’a pas fait, parce que tout ce qui a quelque importance, se trouvera dans la publication du comité. Ne vous souciez pas trop des publications faites à l’époque du 10 juin. Il a paru beaucoup de poésies, beaucoup de déclamations, mais les études sérieuses sont rares.

Mr Fr. Ad. Coelho demeure maintenant

Rua do Quelhas 35.

Votre bien dévoué

Cornu.



[1] Vermutlich ist gemeint: Joaquim de Santa Rosa de Viterbo, Elucidario das palavras, termos ... en Portugal usarão, Lisboa 1798 (dies Werk ist allerdings 2bändig; „magnifique exemplaire“ kann sich aber auf das Gesamtwerk beziehen).

[2] Teófilo Braga, Historia da litteratura portugueza, Porto: Impr. portug. editora, 1870.

[3] Vgl. Brief 01730.

[4] Zu den Titeln vgl. die Briefe 01713 und 01716.

[5] Luis do Monte Carmelo, Compendio de orthografia com sufficientes catalogos, e novas regras … accrescentada com outros novos catalogos, Lisboa: A. R. Galhardo, 1767.

[6] Er antwortet erst am 14.11.1880 auf einen Brief Schuchardts vom 6.6. d. J., vgl. HSA 03-01654.

[7] Zu Eduardo (!) Coelho vgl. Brief 01711. Von ihm finden sich keine Briefe im HSA.

[8] Adolfo Coelho, „Antigos nomes hispanicos“, Revista Arqueologica III NÊ 1 - Janeiro, 1889.

[9] Revista d’ethnologia e glottologia: estudos e notas, Lisboa: typographia universal de Thomaz Quintino Antunes, 1880-1881.

[10] Schuchardt, Camoens. Ein Festgruß nach Portugal, Graz: Styria, 3-14.

[11] Album litterario commemorativo do terciero centenario de Luiz de Camoes (10 de Junho de 1880). Collaboradores: Theophilo Braga, Julio Moreira, Conde de Samodaes [e outros]; Director: Francisco Xavier Esteves, Porto: Typographia Occidential, 1880.