Senden hat offenbar funktioniert, aber es wird noch ein Bestätigungsmail verschickt, sobald die Änderungen angekommen sind.
Es hat etwas nicht funktioniert. Bitte den Inhalt in Word (o.Ä.) kopieren und per Mail schicken.

Postkarte (07-03127)

[CARTE POSTALE,

PARIS, R. BONAPARTE,

23 AVRIL 93]

Mon cher Collègue, Votre approbation me fait grand plaisir. Si vous pouviez en parler dans quelque journal, cela ne déplairait pas à mon éditeur, ni à moi non plus.[1] - J’ai moi-même émis quelques doutes sur la Culture formelle dans le volume précédent (Enseignement des langues anciennes),[2] que je crois vous avoir envoyé. - Je ne connais pas cette traduction de Faust (par Sabatier ?)[3] - Vous devriez faire une fois un article sur l’opposition secrète et jusque instinctive qui existe entre littérateurs et philologues. Le récent échec de Gaston Paris à l’Académie française en fournirait un curieux exemple.[4] Nous voyons d’autre part qu’à l’Académie de Berlin on n’admet pas les littérateurs (poètes, orateurs, etc.). Il me semble que cette question est faite pour vous.[5] Je ne pense pas la traiter, moi : on me supposerait des arrière-pensées.

A vous

M. B.

 

[1] Kein Nachweis.

[2] Bréal, De l'enseignement des langues anciennes ; Conférences faites aux étudiants en lettres de la Sorbonne, Paris: Hachette, 1891.

[3] François Sabatier-Ungher (1818-1892); Le Faust de Goethe, traduit en français dans le mètre de l'original et suivant les règles de la versification allemande par François Sabatier, Paris: Ch. Delagrave, 1892.

[4] Gaston Paris scheiterte zweimal: 1886 und 1893, bevor er am 27. Mai 1896 auf den freigewordenen Sitz von Louis Pasteur doch noch gewählt wurde.

[5] Schuchardt wurde erst 1912 in die Königlich-Preußische Akademie der Wissenschaften in Berlin gewählt.