Senden hat offenbar funktioniert, aber es wird noch ein Bestätigungsmail verschickt, sobald die Änderungen angekommen sind.
Es hat etwas nicht funktioniert. Bitte den Inhalt in Word (o.Ä.) kopieren und per Mail schicken.

Brief (09-01209)

Londres, 6, Norfolk Terrace, Bayswater W.,

le 28 Juin 1887.[1]

 

Mon cher Mr. Schuchardt

 

Excellente nouvelle! Un jeune seigneur de mes amis à qui j’ai fait cadeau, il y a déjà quelque temps, de plusieurs de mes ouvrages et de mes éditions linguistiques dans l’espoir que le basque surtout pût attirer son attention, a abandonné tout à coup l’amour de l’étude (excepté celui des dialectes anglais) pour se livrer à d’autres occupations que je m’abstiendrai de qualifier. Il a, toutefois, été assez aimable pour me rendre une bonne partie de mes dons; et, sous ce rapport, je ne puis que lui être fort reconnaissant. Vous recevrez donc dans huit à dix jours un nouveau paquet que je vous offre de grand cœur. Des occasions semblables sont bien rares, car les 50 exemplaires, parmi les 250, destinés à la vente, je ne pourrais les retirer qu’avec les sacrifices pécuniaires trop grand pour moi dans les circonstances actuelles. De cette manière, je suis heureux de pouvoir vous obliger sans |2| rien perdre. Ce sont surtout les libraires Williams and Norgate 14, Henrietta Street, Covent Garden qui m’ont quelquefois fait vendre (très-rarement) de mes exemplaires destinés à la vente; je dis rarement, car les prix en sont fabuleux. J’ai du, en effet, diviser par 50 les sommes que tous ces travaux m’ont couté; traductions, voyages, impression, types nouveaux, etc. Quant aux 200 exemplaires qui restent j’en ai fait des cadeaux; et cependant, on me trouve avare! Si j’avais su plus tôt que vous aimiez à vous occuper du basque vous auriez à peu-pres tous les nos (221) de mon Catalogue. J’espère, lorsque ma tête sera un peu moins fatiguée, pouvoir vous envoyer un extrait manuscrit de mon sixième supplément pour que vous ayez le catalogue complet de tout ce que j’ai écrit ou publié.

A moins que vous ne m’écriviez le contraire, j’adresserai le paquet à Sara.

 

Croyez-moi toujours

Vtre tout dévoué

L.-L. Bonaparte

[1] Dieser Brief ist in Schuchardt (1909), Brevier/HSA Nr. 580 S. 138 veröffentlicht.