Senden hat offenbar funktioniert, aber es wird noch ein Bestätigungsmail verschickt, sobald die Änderungen angekommen sind.
Es hat etwas nicht funktioniert. Bitte den Inhalt in Word (o.Ä.) kopieren und per Mail schicken.

Brief (03-01203)

Londres, 6 Norfolk Terrace,

Bayswater,

le 19 Juillet, 1884.

 

Mon cher Mr. Schuchardt

Je viens de recevoir vos deux articles, dont je vous remercie.[1] Je me bornerai à vous faire observer que vos raisons ne prouvent pas que dans les langues celtiques vivantes (mon mémoire ne compare que celles-ci avec les autres dialectes) le sens du mot ne détermine pas le changement initial. Nous avons là un fait qui parle plus haut que tous les raisonnements. Je ne me suis pas occupé de la cause première de ce fait, et les mots "whatever the ancient original causes may or may not have been"  prouve que j’admets cette cause comme possible. Il n’en demeure pas moins vrai toutefois que dans les |2| "Living Celtic Languages"  la cause du changement est due au sens, quoique dans les langues anciennes il en ait pu être autrement.

Vous citez les "critical mutations" comme venant de moi. Je n’ai jamais employé le mot "critical", qui est pour moi énigmatique, mais le mot "initial".

Quant a lo boglio[2], je considère le b comme derivé de d final qui durcit le v en le changent en b, exactement comme bi "deux", en basque, vient de dvi et non pas de bis seul ou de duo seul.

S’il peut vous être agréable de recevoir un exemplaire tiré à part de mon mémoire, ou de celui des "Reptiles"[3], je me ferai un plaisir de vous les adresser par la poste.

Veuillez bien croire à l’assurance de mes meilleurs sentiments d’estime pour vos talents.

L.-L. Bonaparte

[1] Eine dieser beiden Arbeiten war, wie aus dem folgenden hervorgeht, Schuchardt  (1884) Brevier/HAS Nr. 166, mehr als eine Rezension, eine harsche Fortsetzung einer längeren Auseinandersetzung, hier mit Bonaparte (1884) Initial mutations in the living celtic, basque, sardinian, and italian dialects. Transactions of the Philological Society 19, 155-202. Dieser Disput läuft zumindest schon seit Schuchardt (1874), Brevier/HAS Nr. 42.

[2] Vgl. Schuchardt 1884, Literaturblatt für germ. u. rom. Philologie 5, S. 273-277, Spalte 275; lo voglio "ich will ihn" und lo boglio "ich will es".

[3] Bonaparte, Louis-Lucien (1884). Names of european reptiles in the living Neo-Latin languages. Transactions of the Philological Society 19, 312-354.