Senden hat offenbar funktioniert, aber es wird noch ein Bestätigungsmail verschickt, sobald die Änderungen angekommen sind.
Es hat etwas nicht funktioniert. Bitte den Inhalt in Word (o.Ä.) kopieren und per Mail schicken.

Brief (2-169)

A Moussu lou doutou Hugo Schuchardt en gramecis de soun salut en lengo prouvençalo que dounè as felibres, lou 6 de Mai 18871

____

Liuen de toun Muhr, de toun Aupo Nourico,

Ilustrissime, à travès l’univers

T’en vas bouscant lous dialèites divers,

Que de secrèts per tu n’an plus lèu brico.

Mès t’a sembla subre-bello entre tant

En l’escoutant, la lengo de Prouvenço:

Coumo un segound parla de ta jouvenço,

Elo a passa sus ta bouco en cantant,

Sara, s’hou vos, ta segoundo patrio,

Noste païs d’abord que sèn d’acord.

E nosto lengo es la lengo dou cor,

Quand te parlan, o felibre d’Austrio!2
AArnavielle

Mount-Peliè, lou 9 de Mai de 1887

A Monsieur le docteur Hugo Schuchardt,
En remercîment de son salut en langue provençale,
Qu’il donna aux félibres, le 6 Mai 1887

________________________

Loin de ton Muhr, de ton Alpe Norique,

– illustrissime, à travers l’univers –

tu t’en vas à la recherche des dialectes

divers, – qui pour toi de secrets n’ont bientôt

plus un morceau.

Mais elle t’a semblé plus que belle, entre

tant (d’autres) – en l’écoutant, la langue

de Provence: –comme un second parler de

ta jeunesse, – elle a passé sur ta bouche en

chantant.

Il sera, si tu veux, ta seconde patrie, –

notre pays, puisque nous sommes d’accord –

Et notre langue est la langue du cœur –

lorsque nous te parlons, ô félibre d’Autriche!

Montpellier, le 9 Mai 1887.

Au felibre Moussu A. Arnavielle3
en responso a la graciouso
mandà4

puesìo que me dediquè5.

____

Lis erso fier qu’au souffle dóu Mistrau

Se son au ped dis Aupiho aubourado

aro6 siavis7

S’escampon √8 en pesiblis9 ondulado

Enjusqu’au bout dis Aup orïentau,

Mounte èi moun Graz. Ardent desir m’a pres

De saboura lis auro de Prouvenço;

O, m’an rendu l’avarido jouvenço,

E me parèis qu’èis10 eicito moun bres.

subr’ieu11

Un esprit sant sus me12 calè-ti alor

bretonnere13

Que balbutiere14 is amì moun arengo?

Belèu la bouco oublido15 vosto lengo,

Resto, pamèns, grabado au founs dóu cor.16


[1] La version française de la poésie se trouve en regard de celle occitane, car les deux textes sont écrits chacun sur une moitié de feuille, qui est pliée en deux. Sur le verso de la première moitié sont imprimés des armoires (une étoile au-dessus d’un arbre entouré par la devise «ZOV! DE NIOCH DE JOVUR ESCALA TOVJOVR». A côté des armoires quelqu’un a écrit au crayon: «Devise du félibre Louis Vergne, de Montpellier – (vergne, aulne)». Louis Vergne (Montpellier 1859-Paris 1912) était un poète, journaliste et publicitaire d'origine languedocienne (cf. Martin 2003).

[2] La version de la poésie qui fut publié dans Les Tablettes d’Alais (Arnavielle 1887) est la suivante:

Liuèn de toun Muhr e de toun Aup Nourico,
Ilustrissime, à travès l’univers,
T’en vas bouscant lous dialètes divers,
Que de secrèts per tu n’an plus léu brico
Mès t’a sembla mai que bello entre tant,
En l’ausiguent, la lengo de Prouvenço:
Coumo un segound parla de ta jouvenço,
Elo a passa sus ta bouco en cantant.
Sara també ta segoundo patrio
Noste païs, d’abord que sèn d’acord.
E nosto lengo es la lengo dau cor,
Quand te parlan, o félibre d’Austrio!
Par suite à la publication de l'article dans les Tablettes d'Alais (et, plus tard, d'un article de Louis Astruc (1887) sur le voyage de Schuchardt au Midi de la France dans le journal occitan Zou!, dans lequel la dédicace d'Arnavielle et la réponse de Schuchardt furent reproduites avec quelques petites modifications), le quotidien autrichien Die Presse informa à son tour sur l'accueillance réservée à Schuchardt en terre occitane.

[3] Il s’agit d’une feuille volante avec le texte de Schuchardt (écrit au crayon) et les corrections d’Arnavielle (au stylo).

[4] Correction de Arnavielle.

[5] Correction de Arnavielle.

[6] Ajout de Arnavielle.

[7] Ajout de Arnavielle.

[8] Ajout de Arnavielle.

[9] Correction de Arnavielle.

[10] Corrigé par Arnavielle. Il n’est pas possible de savoir ce qu’avait écrit Schuchardt, car à cause de cette correction, on voit seulement la première lettre («e») du mot original.

[11] Ajout de Arnavielle

[12] Correction de Arnavielle.

[13] Ajout de Arnavielle

[14] Correction de Arnavielle.

[15] Arnavielle corrige l’original «obrido» de Schuchardt.

[16] Le texte envoyé à Mistral le 13 mai ne se différencie du texte corrigé par Arnavielle que par quelques petits choix graphiques (dans la plupart des cas, le choix d’écrire plus d’accents: «En-jusqu’au» pour «enjusqu’au», «Mount» pour «Mounte», «qu’èis» pour «qu’eis», «subr’iéu calé-ti» pour «subr’ieu calè-ti», «bretonnère» pour «bretonnere» et finalement «Rèsto» pour «Resto»). Mistral suggéra à Schuchardt d’autres corrections; le texte de la poésie publié dans Les Tablettes d’Alais (Schuchardt 1887) est le suivant:

Lis èrso fièro, au soufle d’ou mistrau
Contro lou pèd dis Aupiho aubourado,
Van escampa si pu siàvis oundado
Enjusqu’au bout dis Aup ourientau,
Mounte es moun Graz. - Ardent desir m’a pres
De saboura lis auro de Prouvenço.
O, m’an rendu l’avalido jouvenço
E m’a sembla qu’èro eicito moun bres.
Queto esprit sant calè sus iéu alor
Que bretounère is ami moun arengo?
Belèu la bouco oublido vosto lengo;
Rèsto, pamens, gravado au founs dou cor.